Etat des lieux de l’indigence: l’analphabétisme, peut en être à la base

Les besoins de l’enfant à l’école sont  de différentes sortes, S’ils ne sont pas satisfaits, ces enfants sont classés dans une situation d’indigence. Tel est l’avis du vice- président de l’Association pour la protection et la promotion des droits à l’éducation des indigents (APDEI).  

La situation d’indigence n’est pas synonyme d’être orphelin ou autre vulnérabilité des enfants à l’école. On est indigent lorsqu’on a une certaine limite selon les situations qui se présentent. Pour Cassien Gashirahamwe, vice-président de l’APDEI, tout enfant en âge scolaire devrait être à l’école. Mais, de surcroit, il y a des enfants qui restent à la maison faute de moyens de fréquenter l’école.

La gratuité des frais scolaires ne suffit pas pour combler les besoins d’un enfant. Il a besoin d’uniformes, du matériel scolaire à temps, il a besoin de manger pour bien étudier etc.   «Est indigent, tout enfant qui n’est pas assisté matériellement et moralement. Se sont surtout des enfants orphelins de père et de mère ou les enfants chef de ménage selon nos critères puisqu’il n’y a pas de critères préétablis pour qualifier un indigent», poursuit M. Gashirahamwe.

«Nous faisons un encadrement des jeunes scolarisés, par exemple, dans les écoles à régime d’internat, nous avons ouvert une boutique et la responsabilité incombe aux enfants indigents.» Selon toujours M. Gashirahamwe, l’aide aux enfants indigents» ne suffit pas, c’est pour cela qu’ils ont initié un appui aux parents surtout dans les associations qu’ils ont appelées «Nawe nuze».

C’est un groupement de personnes qui se conviennent sur quoi elles vont travailler, et elles ont instauré un système d’épargne pour qu’à la fin d’une certaine période, elles puissent partager le bénéfice et puissent envoyer leurs enfants à l’école et subvenir à leurs besoins. L’aide de l’APDEI se situe également au niveau de l’alphabétisation des adultes, car, l’indigence commence par les parents. Un parent non instruit ne se soucie pas de l’éducation de son enfant. C’est pourquoi l’encadrement doit aussi concerner les parents. L’encadrement aura pour bénéfice l’augmentation de la réussite scolaire ainsi que la diminution de l’abandon scolaire.
Aline Nshimirimana

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *